« A Good Man », Grand Prix Cinéma ELLE

·1 min de lecture

Le 10 novembre prochain, le nouveau film de Marie-Castille Mention-Schaar, intitulé « A Good Man » sort au cinéma. 

Après « Les Héritiers » qui se penchait sur le travail remarquable d’une prof de lycée parlant de la Shoah à ses élèves, puis « Le ciel attendra » sur la radicalisation de deux adolescentes, la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar continue de porter à l’écran des sujets de société « sensibles ». Ici, le désir d’enfant chez un couple atypique. Benjamin est un homme trans, né dans un corps de femme et encore en processus de transition. Aude est une femme cisgenre. Tous les deux se sentent intégrés dans leur île bretonne – les séries d’humiliations subies au moment de leur rencontre en Provence semblent bien loin. Aude est danseuse, Benjamin infirmier. Une vie banale et rangée dont l’équilibre va se trouver mis à mal lorsque le couple fait le choix de fonder une famille. Or Aude ne peut porter l’enfant. Benjamin décide donc d’arrêter son traitement et c’est lui qui va tomber enceinte. Ce sont les diverses conséquences de cet acte que développe avec intelligence la réalisatrice : la famille de Benjamin en état de choc et Aude, dépossédée de son rôle de mère génitrice, qui lui tourne le dos. « Tu prends trop de place », lui dit-elle. Benjamin ira-t-il au terme de sa grossesse ? Il faut saluer ce film humaniste porté par Noémie Merlant, quasiment de tous les plans. Une performance d’actrice au service d’une histoire d’amour résolument contemporaine qui lui a permis de remporter le prix d’interprétation...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles