Le gouvernement promet des repas à un euro aux étudiants les plus précaires… jusqu’à Noël

Buro Millennial

“Je suis consciente des difficultés que connaissent les étudiants” assure la ministre de l’Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau. Pour le prouver, elle a annoncé le lancement d’un nouveau dispositif d’aide à destination des plus précaires. Interviewée par Sud Radio, le 7 novembre, la ministre a expliqué que le gouvernement a élargi, pour un temps, la distribution de repas à un euro au Crous. “Pour un étudiant qui se présente au Crous aujourd’hui, qui a ces difficultés de ne pas manger, et c’est insupportable, il aura son repas à un euro, immédiatement et jusqu’à Noël”, a-t-elle indiqué. Jusqu’à présent, seuls les boursiers et boursières étaient bénéficiaires de ce repas à prix cassé.

Face à l’urgence de la situation et aux cris d’alerte de plusieurs associations étudiantes, le ministère a choisi d’ouvrir plus largement ce repas solidaire. Il suffit pour les étudiant·es de se présenter au Crous et de demander à en bénéficier, assure la ministre. “En parallèle, le Crous étudiera le dossier de chaque étudiant et si les critères pour lesquels il a le droit de bénéficier de ce repas à 1 euro sont remplis, [le dispositif] sera continué après Noël, sinon ça s’arrêtera.”

Les critères en question sont des critères sociaux basés sur les mêmes principes que ceux utilisés pour attribuer les bourses, bien qu’ils soient élargis. Les agents du Crous, en sous-effectif – 40 postes supplémentaires vont être créés en 2023 “pour aller plus vite”, a annoncé la ministre – se baseront donc notamment (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Qu'est-ce que la méthode des 5-D pour lutter contre le harcèlement de rue ?
"Commence à t’aimer", la lettre inspirante de Samira Wiley à la petite fille qu’elle était
Journée de l'adoption : le gouvernement se penche enfin sur le cas des pratiques illicites en France
Homophobie dans le foot : la Ligue professionnelle s'associe à une cellule d'écoute pour libérer la parole
Selon un rapport de la Miviludes, les jeunes hommes seraient plus en proie aux dérives sectaires