Grève à TotalÉnergies : le mouvement pourrait se "radicaliser"

La CGT n'a pas l'intention d'abandonner la mobilisation. Comme le rapporte Le Parisien, jeudi 3 novembre 2022, la grève est désormais maintenue dans une seule raffinerie de pétrole de TotalÉnergies, à Feyzin (Rhône). Les syndicalistes de ce site proche de Lyon, dont 80% des salariés ont cessé le travail, ont d'ailleurs promis une "radicalisation" du mouvement. Alors que le conflit avec la direction n'a toujours pas abouti à un compromis, le syndicat prévoit d'amplifier sa contestation avec des actions concrètes de blocages de l'autoroute A7 à compter de la semaine prochaine. "Nous en avons marre d'attendre l'arrivée d'un médiateur de la République", a fait savoir l'organisation, d'après des propos rapportés par Le Parisien. Ce médiateur, réclamé depuis fin octobre, est censé mener "une réelle négociation" entre les grévistes de Feyzin et le géant des hydrocarbures.

Pour rappel, les grévistes réclament 10% de hausses de salaires, eu égard à l'inflation et aux bénéfices records de TotalÉnergies. De son côté, la direction a noué un accord avec les deux syndicats majoritaires, comprenant une hausse générale de 5% des salaires assorties d'augmentations individuelles au cas par cas. Un compromis refusé par la CGT, qui compte bien poursuivre son bras de fer avec Patrick Pouyanné, le PDG de l'entreprise, dont les propos sur sa propre (super)-rémunération ont été beaucoup critiqués. Excepté le site de Feyzin, la grève a été levée dans les autres raffineries de pétrole de TotalÉnergies. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite