Grève du 10 novembre 2022 : métros, trains… à quoi faut-il s’attendre ?

Stephane Lemouton / Bestimage

Vers un jeudi noir le 10 novembre 2022 ? La CGT appelle à une grève nationale et interprofessionnelle en France en faveur d'une hausse des salaires, dans un contexte de forte augmentation des prix (énergie, alimentation…). Dirigé par Philippe Martinez, le syndicat réclame un coup de pouce du SMIC, une hausse du point d'indice de la fonction publique et une indexation des rémunérations sur l'inflation. Parmi les perturbations principales à prévoir, la RATP a annoncé la suppression de la moitié des lignes de métro (arrêt total des lignes 2, 3bis, 5, 8, 10, 11 et 12 et trafic partiel aux heures de pointe des autres lignes). Seules les lignes 1 et 14, automatiques, circuleront normalement, avec évidemment un fort risque de saturation. Côté RER A, le trafic risque d'être très perturbé, avec seulement un train sur trois sur l'ensemble de la journée et un train sur deux aux heures de pointes (7h-9h30 et 16h30-19h30). Concernant le RER B, un train sur deux circulera aux heures de forte affluence et un train sur trois en période creuse.

Cette mobilisation syndicale intervient après deux précédents appels à la grève, les 18 et 27 octobre 2022. Parmi les revendications : une opposition ferme à la réforme des retraites menée par l'exécutif. Pour autant, ce 10 novembre 2022, la CGT apparaît bien seule sur la scène nationale, les autres syndicats (FSU, Solidaires) appelant plutôt à des cortèges locaux. À la SNCF, l'impact s'annonce limité, seule la CGT-Cheminot ayant impulsé le mouvement. Si (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite