Grève : un jeudi noir dans les transports

© BERTRAND GUAY / AFP

Peu de métros circulent jeudi matin à Paris en raison d'une grève à l'appel de l'ensemble des syndicats de la RATP pour des hausses de salaire et une amélioration des conditions de travail, tandis que d'autres secteurs, invités à cesser le travail par la seule CGT, devraient connaître une mobilisation plus modeste.

Sur la ligne 6, opérationnelle seulement entre Nation et Place d'Italie, les rames circulant étaient peu remplies, beaucoup de salariés ayant visiblement opté pour le télétravail ou une journée de congé avant un week-end de trois jours en raison du 11 Novembre. « Franchement ça a été », a lancé une femme en pressant le pas sur le quai en direction de la sortie. « C'est mieux que d'habitude ! », se réjouissait une autre.

Seules les lignes entièrement automatisées 1 et 14 devaient rouler normalement, mais avec un « risque de saturation », selon la RATP. Cinq lignes sont entièrement fermées (2, 8, 10, 11 et 12), les autres ne roulant qu'aux heures de pointe, avec un service fortement dégradé. La situation n'est pas meilleure sur le RER A où un train sur trois circule en moyenne. Sur le RER B, la fréquence est de un train sur deux.

A la SNCF en revanche, le mouvement soutenu par la seule CGT-Cheminots s'annonce bien moins suivi, avec un trafic normal sur les TGV et légèrement perturbé sur les Intercités.

Sur les lignes TER, neuf trains sur dix circulent en moyenne et, en Ile-de-France, quelques perturbations sont à prévoir sur certaines lignes du Transilien.

« Sous-effectif chronique »

L'ensemble des syndicats (CGT, FO, Unsa, Solidaires) de la RATP ont appelé de longue date à la mobilisation pour demander des hausses de salaire et une amélioration des conditions de travail. La RATP, comme les autres entreprises du secteur des transports,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi