Grève dans l’éducation nationale : « On veut que Jean-Michel Blanquer parte ! »

·1 min de lecture

Le mouvement s’annonce très suivi aujourd'hui selon les différents syndicats qui dénoncent la gestion de la crise sanitaire dans les écoles par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Pour de nombreux professeurs, le système est en train de craquer. 

C’est une grève qui s’annonce historique aujourd'hui dans l'Éducation nationale. Après l’allégement du protocole sanitaire dans les écoles, annoncé par le Premier ministre lundi soir, les organisations syndicales ont maintenu l’appel à la grève pour ce jeudi 13 janvier. Avec cette mobilisation, les enseignants espèrent enfin faire entendre leur voix et leurs revendications. 

Lire aussi >> Reportage : l’école à l’air libre

« On est vus comme des agents »

« Il y a un niveau de ras-le-bol généralisé sur l’absence de protocole sanitaire parce que, là, c’est allégements sur allégements », regrette Marion, enseignante dans un collège à Aubervilliers et syndiquée Sud Education 93. Parmi les revendications des enseignants, la sécurisation sanitaire des classes. « On veut qu’on nous donne les outils pour enseigner dans des conditions correctes : on n’a pas eu de distribution de masques et on n’a jamais vu les masques inclusifs pour élèves malendants alors que le ministre l’avait annoncé », regrette Audrey, professeur de lettres classiques dans un collège de la région Auvergne- Rhône-Alpes. « On n’est plus vus que comme des agents, on est la courroie de transmission de notre ministre », insiste-t-elle. Quentin, prof dans un lycée en région parisienne participe lui aussi à la grève et espère que les épreuves du bac seront reportées. Enseignant d’une matière de spécialité dont les épreuves commencent dans deux...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles