Publicité

La grève dans l'automobile aux USA s'intensifie : l'Europe doit-elle s'inquiéter aussi ?

Shutterstock

Comme nous vous le rapportions sur Auto Plus il y a plusieurs jours, la grève dans le secteur automobile qui sévit actuellement aux États-Unis gagne du terrain. Et visiblement, cette action, qui dure depuis maintenant deux semaines, n'est pas prête de s'arrêter.

En effet, le syndicat United Auto Workers (UAW) a appelé vendredi à la cessation du travail de 7 000 de ses membres, portant ainsi à environ 25 000 le nombre total de salariés à l'arrêt chez les trois grands constructeurs automobiles du pays. Cette extension de la grève affecte deux sites importants, l'un appartenant à Ford, situé à Chicago, et l'autre propriété de General Motors, à Lansing, dans le Michigan.

Stellantis bientôt sorti d'affaire ?

Le président de l'UAW, Shawn Fain, a annoncé cette nouvelle vague de grève, mais a précisé qu'il ne demandait pas à ses membres chez Stellantis, le troisième membre du "Big Three" des constructeurs historiques, de rejoindre le mouvement en raison des "progrès significatifs" réalisés lors des négociations en cours. Parmi les points discutés figurent un mécanisme d'ajustement des salaires en fonction du coût de la vie et le droit de faire grève en cas d'annonce de fermeture de site ou de délocalisation par le constructeur.

Le président de l'UAW s'est dit "enthousiaste" de constater les avancées chez Stellantis et a exprimé l'espoir que ces progrès se poursuivraient. Cependant, il a également souligné que des "divergences subsistaient" dans les pourparlers en cours avec Stellantis.

Stellantis avait initialement été critiqué, tout comme General Motors, pour son...Lire la suite sur Autoplus