Grégory Villemin : un gendarme qui a travaillé sur l'affaire fait une confession

·1 min de lecture

Un feuilleton judiciaire sans précédent. Le 16 octobre 1984, un petit garçon de quatre ans, Grégory Villemin, est retrouvé mort et ligoté au pied de la Vologne dans le village de Lépanges-sur-Vologne dans les Vosges. Pour Jean-Marie et Christine Villemin, les parents, c'est le début d'un cauchemar qui dure maintenant depuis 36 ans. À quelques jours de la diffusion de la série TF1, Une affaire Française, basée sur l'histoire du meurtre du petit Grégory, plusieurs protagonistes mêlés à l'enquête ont accepté de se confier sur le plateau de Ça commence aujourd'hui le 13 septembre 2021. Parmi eux, le Colonel Étienne Sesmat, auteur du livre Les Deux affaires Grégory, autrefois co-directeur de l'enquête sur le meurtre de l'enfant. Il a confié à Faustine Bollaert l'un de ses plus grands regrets.

À l'époque, la mort de Grégory Villemin provoque un véritable séisme dans le petit village de Lépanges-sur-Vologne. Interrogé à ce sujet par Faustine Bollaert, le Colonel Sesmat s'est souvenu de la pression exercée sur la gendarmerie, au point de ne pas réaliser que les parents du petit Grégory avaient besoin de lui : "Je n'ai qu'un regret moi. Jean-Marie m'avait téléphoné plusieurs fois mais à l'époque on était dans une position très particulière. On était dessaisis, on faisait l'objet de plaintes, la police était là, mettait des écoutes partout", explique-t-il.

Aspiré par l'ampleur de l'affaire, le Colonel Etienne Sesmat estime ne pas s'être rendu assez disponible pour le papa de Grégory Villemin (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles