Grégory Villemin "omniprésent" : comment ses parents font vivre la mémoire de leur fils

·1 min de lecture

"Le petit n'est plus là, je n'ai plus rien", avait déclaré Christine Villemin en novembre 1984, un mois après la mort de son fils de quatre ans, Grégory, retrouvé chevilles et poings liés par des cordelettes dans la Vologne. 36 ans plus tard, les époux Villemin ont refait leur vie et sont les heureux parents de trois enfants, dont un fils qui leur a même offert une petite-fille. Cependant, dans cette maison de campagne de l'Essonne, où vivent désormais les parents du petit Grégory, le fantôme de l'enfant décédé plane toujours. Et pour cause, malgré les milliers d'auditions réalisées et les analyses stylométriques, l'affaire n'est toujours pas résolue. Pour Christine et Jean-Marie Villemin, le deuil est impossible. Comme le révélait Laurence Lacour, autrice du Bucher des innocents, le couple n'a jamais cessé de perpétuer la mémoire de Grégory.

Invitée sur les ondes d'Europe 1 en octobre 2014, Laurence Lacour avait révélé que les époux Villemin n'avaient jamais enfermé les photos de leur fils défunt au placard : "Leur enfant décédé est omniprésent par les photos ou dans les conversations", a-t-elle déclaré. De plus, comme le révélait Paris Match en octobre 2017, le couple Villemin accueille un troisième et dernier enfant en 1998, dont le prénom fait lui aussi écho à la mort du petit Grégory : "Le benjamin est baptisé Simon en hommage au juge qui leur a rendu espoir".

Depuis la mort de leur fils en 1984, Christine et Jean-Marie Villemin n'ont cessé de se battre pour obtenir la vérité. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles