Graisse abdominale : voici l’alcool qui a le moins d’incidence sur le tour de taille

·1 min de lecture

Bière, vin rouge, rosé, champagne, cidre, whisky, gin… On le sait, le nombre de calories varie d’une boisson alcoolisée à une autre. Une récente étude américaine s’est intéressée à l’impact de la consommation d’alcool sur la silhouette, et plus précisément sur la zone de la sangle abdominale.

Les chercheurs, dont les travaux ont été publiés dans le journal Obesity Science and Practice, ont analysé une grande étude menée par UK Biobank. 1869 volontaires, des femmes et des hommes âgés entre 40 et 80 ans, ont répondu à des questions portant leurs modes de vie, leur consommation d’alcool, leurs habitudes alimentaires, etc. À partir de données médicales récoltées également, les chercheurs ont pu étudier "les associations directes/indirectes entre les types d'alcool, les biomarqueurs cardiométaboliques et la composition corporelle". Résultats, ces derniers ont pu observer un lien entre consommation de bière ou de spiritueux et risque d’adiposité viscérale importante.

Une adiposité viscérale désigne une accumulation de graisses au niveau de l’abdomen, on appelle cela communément la graisse abdominale, ou la graisse viscérale. "En revanche, boire plus de vin rouge était associé à une moindre masse adipeuse viscérale, ce qui s'explique par une réduction de l'inflammation et une élévation des lipoprotéines de haute densité.", détaillent les auteurs. Pour Brittany A.Larsen et son équipe, la bière et les spiritueux (cognac, vodka, whisky, rhum…), pourraient être des boissons (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles