Grand Prix des Lectrices : la sélection d'octobre 2021

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Anne Berest
    Romancière et scénariste française

Pour cette deuxième sélection, les jurées ont élu trois magnifiques explorations du passé. Dans « La Carte postale », Anne Berest remonte le fil de son histoire familiale pour rendre vie à ses aïeux déportés. Sur un tout autre mode narratif, l’Américaine Natasha Trethewey revient sur l’existence et la mort tragique de sa mère, Africaine-Américaine née dans le Sud ségrégationniste, et qui périt à 40 ans de la main de son second mari. Jake Lamar, lui, nous emmène sur les pas de son héros pas très clean dans le Harlem du milieu du XXe siècle, où les échos du jazz se mêlent aux effluves de marijuana, et où le sang coule comme les notes de musique. Trois livres poignants, puissants, envoûtants.

Le roman

« Je crois que je suis devenue jurée du Grand Prix des Lectrices pour rencontrer le roman d'Anne Berest. Tout commence par une carte postale qui porte pour tout texte quatre prénoms, correspondant à quatre personnes d'une même famille, décédées à Auschwitz en 1942 : Ephraïm, Emma, Noémie, Jacques – les parents, la sœur et le frère de Myriam. Qui a écrit cette carte et pourquoi ? La fille et la petite-fille de Myriam décident d'y répondre et partent à la rencontre de leur aïeule et des mystères qui planent sur sa vie. “La Carte postale” atteint le cœur, fait revivre les sons, les parfums, les couleurs perdues, exprime la vie, l'amour, la mort. Anne Berest utilise le papier pour tracer un grand geste de tendresse et d'humanité : elle pose avec délicatesse des mots sur une page et répare un peu le passé. » Bernadette Bautista-Uchasara

« La carte postale », d'Anne Berest (Grasset, 502 p.)
« La carte postale », d'Anne Berest (Grasset, 502 p.)

« La carte postale », d'Anne Berest (Grasset, 502 p.).

Le document

« Dans ce splendide récit, Natasha Trethewey cherche à se saisir d'un passé opaque, enténébré par la mort de sa mère, assassinée, à 40 ans, par son ex-mari. Pour ce faire, l'écrivaine utilise toutes les modalités propres à l'enquête. “Memorial Drive” est composé comme une mosaïque, mêlant descriptions de photos, bribes de narration autobiographique, restitutions de rêves, copie des douze pages écrites par sa mère peu avant sa mort, consignation d'une déposition enregistrée par la police ou transcription...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles