Frustration, ennui, souffrances : au travail, près de 60 % des femmes rêvent de reconversion professionnelle

Tranmautritam

La révolte des travailleuses ? Depuis le début de la pandémie, la société américaine semble être en proie à un grand bouleversement en ce qui concerne le marché du travail. Surnommé “La Grande démission”, ce phénomène désigne l’augmentation du nombre de démissions aux États-Unis, qui a fait bondir le taux de turn-over de la population employée. En France, le taux de démission est également en hausse, battant les records de 2008, mais que les expert·es relativisent par rapport au nombre de salarié·es.

En revanche, la satisfaction au travail semble fragile pour les travailleur·euses de l’Hexagone, et en particulier les femmes. Frustration, ennui, souffrances… Les Françaises semblent encore loin de l’épanouissement professionnel. Selon une enquête menée par l’Ifop pour Garance&Moi, un cabinet de conseil spécialisé dans l’accompagnement des carrières féminines, peu de femmes sont “pleinement satisfaites” de leur situation professionnelle. L’institut de sondage a interrogé 1 004 femmes représentatives de la population des femmes salariées françaises de 18 ans et plus. Le constat est sans appel pour les femmes dans le monde du travail qui sont près de 60 % à rêver de reconversion professionnelle.

Parmi les principales raisons évoquées pour changer de métier, on retrouve la frustration et/ou l’ennui professionnel (64 %), la souffrance au travail (50 %) et le challenge personnel (43 %). Des justifications qui répondent également aux différents facteurs qui font que seul un quart des femmes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

En Iran, le décès de la jeune Mahsa Amini, battue à mort par la police des mœurs, suscite l’indignation
Une joueuse de rugby australienne interdite de match pour avoir traité Elizabeth II d’“imbécile”
À Paris, les plaintes pour violences sexuelles ont augmenté de 30 % en 2022
Iran : un nouveau projet liberticide prévoit de contrôler le port du voile par reconnaissance faciale
Reconnu coupable de pédopornographie et de détournement de mineur, R. Kelly risque 90 ans de prison