Grande démission : un travailleur sur trois prêt à quitter son emploi non-télétravaillable

© Maskot/Getty Images

Un tiers des Français pourrait quitter son emploi non-télétravaillable dans les six mois, d’après une étude internationale du cabinet BCG parue le 7 juin.

Environ 37% des salariés qui occupent des postes non-télétravaillables, 34% en France, envisagent de le quitter dans les six mois, notamment en raison du manque de perspective d'évolution, selon une étude conduite par le cabinet BCG dans sept pays et publiée le 7 juin dernier.

Lire aussi >> Télétravail : pour booster sa productivité, il faudrait se préparer comme si on allait au bureau

Dans le détail, ce sont les Japonais (42%) et les Britanniques (41%) les moins attachés à leur emploi, suivis des Australiens (36%), des Indiens et des Français (34%), des Américains et des Allemands (33%), précise le rapport « Pourquoi les travailleurs sans bureau partent, comment les faire revenir » réalisé à partir d'un échantillon représentatif de plus de 7 000 personnes. Dans ces sept pays, ces métiers représentent 75 à 80% de la masse salariale, assure BCG.

Les jeunes, deux fois plus susceptibles de quitter leur emploi que les seniors

Selon les auteurs des travaux, les secteurs distribution/consommation (41%) et production industrielle (36%) sont les plus menacés par ce nouveau phénomène de « grande démission » qui guette. Aucun secteur ne semble cependant épargné. Du point de vue générationnel, les 18-24 ans (48%) ont deux fois plus de chance de claquer la porte que les 58-65 ans.

Les raisons qui poussent les salariés à quitter leur emploi sont, dans cet ordre: le manque de perspective d'évolution (41%), le salaire...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles