Publicité

La Grande mosquée de Paris dénonce la "libération progressive" d'une parole anti-musulmans

La Grande mosquée de Paris s'est inquiétée ce vendredi 3 novembre de la "libération progressive" d'une parole "raciste et haineuse contre les musulmans de France", appelant les pouvoirs publics à combattre ce phénomène "qui aggrave dangereusement les tensions dans notre pays".

"La Grande Mosquée de Paris est extrêmement préoccupée par la forte montée des actes et des discours portant atteinte à des groupes, des personnes et des biens en raison de leurs appartenances religieuses, quelles qu'elles soient, en France", affirme le recteur Chems-eddine Hafiz dans ce communiqué.

Cette recrudescence "met à mal la coexistence religieuse et aggrave dangereusement les tensions dans notre pays, à l'heure du drame insoutenable qui se déroule au Proche-Orient", ajoute le responsable, qui demande aux pouvoirs publics de "prendre toutes les dispositions" pour lutter contre ce phénomène.

Une "libération inquiétante d'une parole raciste"

Le recteur s'inquiète de l'augmentation "des actes et des discours antimusulmans" et dénonce "la libération progressive et inquiétante d'une parole essentialiste, stigmatisante, raciste et haineuse contre les musulmans de France".

La Grande mosquée s'alarme notamment "des propos scandaleux et répréhensibles" tenus "par certaines personnalités politiques et médiatiques", "dans le but" selon elle "de jeter l'opprobre sur nos concitoyens musulmans et de les exclure de la communauté nationale".

L'Arcom saisie

Mercredi déjà, le Conseil français du culte musulman (CFCM) avait dénoncé des propos de l'avocat Arno Klarsfeld visant une "minorité musulmane qui est agissante". "Ce type de déclaration choquante et injustifiable ne peut qu'exposer les musulmans de France à la haine", avait estimé le CFCM.

L'Autorité de régulation de l'audiovisuel et du numérique (Arcom) a été saisie ces derniers jours des déclarations de Arno Klarsfeld ainsi que de celles de l'éditorialiste Pascal Perri évoquant sur LCI un "antisémitisme couscous", ce dont il s'est excusé sur X (anciennement Twitter).

Depuis l'attaque sanglante du Hamas contre Israël le 7 octobre, le conflit a fait au moins 1.400 morts côté israélien, en majorité des civils, selon les autorités. Dans la bande de Gaza, plus de 9.000 personnes, dont 3.760 enfants, ont été tuées dans les bombardements israéliens, selon un bilan du Hamas.

Article original publié sur BFMTV.com