La Grande Mosquée de Paris porte plainte contre Michel Houellebecq pour "provocation à la haine contre les musulmans"

Michele Tantussi/Getty Images

En novembre dernier, la revue Front Populaire a publié dans un numéro hors-série une “longue conversation” entre l’écrivain Michel Houellebecq et le philosophe Michel Onfray. Un “dialogue inédit de quarante-cinq pages” selon Le Figaro, dans lequel les deux hommes “discutent en profondeur des dangers qui guettent la civilisation”. Pour les “propos très graves qu’il a tenus au sujet des musulmans de France”, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-eddine Hafiz, a annoncé ce mercredi 28 novembre dans un communiqué porter plainte contre Michel Houellebecq pour “provocation à la haine contre les musulmans”.

Dans ce communiqué, Chems-eddine Hafiz reprend les propos tenus par Michel Houellebecq à l’encontre des musulmans de France. À l’image de son roman Soumission, paru en 2015 aux éditions Flammarion, Michel Houellebecq développe la théorie xénophobe du “Grand Remplacement”, chère aux partisans de l’extrême droite, et des conséquences de celui-ci : “Des gens s’arment. Ils se procurent des fusils, prennent des cours dans les stands de tir. Et ce ne sont pas des têtes brûlées. Quand des territoires entiers seront sous contrôle islamique, je pense que des actes de résistance auront lieu. Il y aura des attentats et des fusillades dans des mosquées, dans des cafés fréquentés par les musulmans, bref des Bataclan à l’envers”.

Sur le même sujet ⋙ D’où viennent les mots "souchien" et "racisé" ?Pourquoi il faudrait arrêter de parler de la "misère sexuelle" des harceleurs

Comme le rapporte (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le Chili supprime le rôle officiel de “Première dame” au nom du féminisme
Préservatifs gratuits pour les moins de 26 ans : voici tous les détails de ce nouveau dispositif
Pour éviter les impayés, les pensions alimentaires sont désormais versées par la Caf
L’Académie des César renonce à mettre en avant les personnes accusées de violences (mais pas à les récompenser)
Restreindre l’accès à l’IVG augmente les risques de suicide chez les femmes, montre une étude