Grands prématurés : tous les 10 ans, le seuil de viabilité recule d’une semaine

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Selon deux etudes recentes, la prise en charge de ces nourrissons a ete grandement amelioree. Aujourd'hui, des bebes nes a 22 semaines de grossesse survivent.

"Je fais ce métier depuis 40 ans, et j'ai vu le seuil de viabilité [des bébés prématurés] reculer d'une semaine tous les 10 ans dans mon hôpital", affirme Edward Bell, médecin en néonatalogie et professeur de pédiatrie à l'Université de l'Iowa. Alors que dans les années 1980, l'âge gestationnel minimum pour la viabilité était fixé à 28 semaines [1], aujourd’hui, des bébés nés à 24, 23 voire 22 semaines de grossesse survivent. En février dernier, un bébé japonais pesant 268 grammes et né à 24 semaines de grossesse a même fait la une des journaux du monde entier. Le nourrisson est sorti après cinq mois d'hospitalisation, en bonne santé. Deux études, parues le 25 et le 26 mars dans la revue de l'Association médicale américaine (Jama), expliquent cette amélioration.

Un meilleur taux de survie sur un an

La première étude parue dans le Jama a observé la survie des très grands prématurés en Suède entre 2004 et 2016. Deux cohortes d’environ 2.000 nourrissons nés entre 22 et 26 semaines de grossesse ont été formées. La première était constituée de bébés nés entre 2004 et 2007, la seconde entre 2014 et 2016. Résultats : le taux de survie sur un an était de 70% pour la première cohorte, et de 77% pour la seconde. Une nette amélioration, estiment les chercheurs.

Entre 2004 et 2016, la Suède a en effet uniformisé et amélioré les procédures de réanimation des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi