Graphologie : ce que notre écriture dit de nous

Maisons, cadeaux, mains, couleurs, photos de famille, doigts… Tant d’éléments peuvent en dire long sur votre personnalité. Bien que l’on rédige de moins en moins au stylo et de plus en plus avec nos claviers d’ordinateurs et de smartphones, on se penche, cette fois-ci sur l’écriture, qui se transforme et évolue parallèlement avec le caractère, au fur et à mesure du temps. Et cette méthode a un nom : la graphologie.

Qu’est-ce que la graphologie ?

La graphologie est une technique d’analyse et d’observation rigoureuse de l’écriture manuscrite car chaque individu a une écriture unique et singulière. Pour Marie-Éléonore Gandouly, elle permet de faire des interprétations basées sur l’expression directe du geste graphique et du symbolisme associé. Cette technique permet d’analyser minutieusement les différents éléments qui constituent une personnalité, tels que son histoire, son appartenance culturelle, son caractère, pour ensuite dresser son portrait d’une personne. "Écrire, c’est apprendre un modèle calligraphique commun à tous puis se l’approprier en le personnalisant. L’acte d’écrire n’est pas neutre, il véhicule nos expériences, nos envies, nos blessures conscientes ou inconscientes. Nous laissons une trace afin de communiquer ou exprimer nos émotions et nos sentiments", indique la graphologue.

Cette méthode est pratiquée depuis plusieurs années. Elle est aujourd’hui de plus en plus utilisée par de nombreuses entreprises lors des recrutements. D’après le Syndicat Européen des Graphologues, en 2013, 50 à 60% des entreprises ont eu recours à la graphologie. Leur but ? Mieux connaître le potentiel et les compétences de leurs employés.

Quels sont les éléments qui permettent au graphologue de distinguer les traits de personnalité ?

De nombreux éléments de l’écriture sont passés au crible par le graphologue :

• La taille de l’écriture

• La forme des lettres

• L’inclinaison

• La pression

• La vitesse

• La continuité entre les lettres

• La gestion de l'espace (marges, espaces entre

(...) Cliquez ici pour voir la suite