Le gras, plein d'atouts santé aussi !

·2 min de lecture

Acides gras saturés, cholestérol, graisses hydrogénées… ces mots éveillent en vous une certaine répulsion ? Normal, on a longtemps pointé les méfaits des lipides et occulté ce qu’ils pouvaient apporter à l’organisme qui en a besoin. Pour celles qui douteraient encore de leur importance, on en remet une couche et on vous donne les bonnes raisons de ne plus culpabiliser en assaisonnant vos petits plats.

« Dans les années 1960, les mannequins très maigres ont commencé à être à la mode, mais aussi les produits allégés, les laits écrémés, les aliments 0 % de matière grasse. Le cholestérol était l’ennemi à abattre », rappelle le Dr Alexandra Dalu, nutritionniste. « Les graisses n’avaient pas toujours été diabolisées, au contraire, mais sur la base d’une étude à la méthodologie douteuse, certains scientifiques ont fait le lien entre consommation de matière grasse, augmentation du taux de cholestérol, et explosion des maladies cardiovasculaires. » Cette étude dite « des 7 pays », menée par Ancel Keys, semblait montrer qu’une alimentation pauvre en graisses protégeait des maladies cardiaques. Mais elle était biaisée ! Et c’est pourtant sur ses résultats que l’on va s’appuyer pendant des décennies pour décrier les lipides…

Ceux-ci doivent une autre part de leur mauvaise réputation à leur richesse en calories : en effet, 1 g de lipides apporte 9 kcal, alors qu’1 g de protéines ou 1 g de glucides n’en apportent que 4. Pourtant, l’équation n’est pas aussi simple : les glucides sont moins rassasiants que les lipides, ils font élever la glycémie (le taux de sucre dans le sang), et peuvent être stockés sous forme de graisse alors que les lipides mettent longtemps à être digérés, et peuvent aussi servir d’énergie dans les muscles. D’où l’intérêt de les conserver même dans un régime amaigrissant. D’ailleurs, des travaux plus récents ont progressivement réhabilité les matières grasses. Leurs vertus dépendent du type de lipides dont on parle.

Le gras est utile dans son ensemble, car il (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite