Grenade : la ville andalouse à découvrir absolument

© Getty Images/iStockphoto

Arabes et Berbères occupent Grenade à partir de 711. En 1492, la reconquête des rois catholiques marque la fin de l’Al-Andalus, ce "paradis" perdu dont le souvenir imprègne encore la cité. Alors, entrons dans l’Alcaicería, ces anciens souks où l’artisanat marocain a remplacé les soieries. Puis, visitons le caravansérail et le palais de la Madraza, où les stucs ouvragés témoignent de la persistance de cet héritage. En face, Isabelle la Catholique a implanté sa cathédrale sur l’ancienne mosquée. A côté, les cénotaphes d’Isabelle et de son mari reposent sous un retable qui raconte leurs victoires.

Grimpons ensuite le long du rio Darro pour nous promener dans le quartier de l’Albaicín. Perdons-nous dans ces ruelles étroites pour découvrir ses palais arabo-andalous. Poussons des grilles pour admirer la Casa del Chapiz, édifice du XVIème siècle qui mêle éléments chrétiens et musulmans, et profiter de la fraîcheur des jardins du Carmen de la Victoria, où les parfums d’orangers s’élèvent au milieu du murmure des fontaines. Puis rendons nous à l’Alhambra (réservation nécessaire). Bien plus qu’un ensemble de palais, l’Alhambra résume un art de vivre. Alors, commençons par le Généralife, résidence d’été des derniers émirs de Grenade, les Nasrides. "Dans le Généralife, écrivait Théophile Gautier, il est un laurier-rose, Gai comme la victoire, heureux comme l'amour". Après ces jardins qui enchantent tous nos sens, gagnons l’Alcazaba, forteresse qui domine la ville, puis le palais de Charles (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite