Grippe : la campagne de vaccination pour les personnes prioritaires peut se poursuivre

·2 min de lecture

Chaque année, la grippe saisonnière touche 2 à 6 millions de Français. Elle entraîne « un nombre important d’hospitalisations », rappelle la Haute Autorité de Santé (HAS). Le nombre de décès attribuables à la grippe est d’environ 10 000 par an en moyenne. Un lourd fardeau aux antipodes des représentations sociales d’une maladie à l’impact trop sous-estimé.

En pleine épidémie de Covid-19 et de contexte sanitaire tendu, les recommandations en matière de vaccination grippale sont plus que jamais maintenues. Comme l’appuie Christophe Strady, infectiologue (Groupe Courlancy – Reims), « les mesures barrière sont certes efficaces mais à condition d’être parfaitement appliquées et tout le temps… Donc oui, la vaccination contre la grippe reste plus que jamais recommandée, notamment pour les patients à risque tels que les patients âgés de 65 ans et plus et/ou souffrant de certaines comorbidités, les femmes enceintes ». L’enjeu majeur c’est d’augmenter une couverture vaccinale basse dans ces populations à risque.

Comme chaque année, l’Assurance-maladie prend donc en charge le vaccin contre la grippe saisonnière à 100% pour les 15,8 millions de personnes à risque de complications liées à la grippe. C’est le cas de ceux souffrant de maladies cardiovasculaires, responsables d’un quart des décès par cause médicale, en France. « Au-delà de l’atteinte pulmonaire qui peut compliquer le devenir de patients ayant une maladie cardiovasculaire », enchaîne le Dr Thibaud Damy cardiologue (Hôpital Henri Mondor – Paris), « le virus peut affecter le système cardiovasculaire. Il a été démontré que le risque de survenue d’un infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral (AVC) augmente dans les 7 jours après une infection virale. » Il insiste : « en attendant, le vaccin contre la Covid-19, il faut améliorer la couverture vaccinale contre la grippe des patients atteints de maladies cardiovasculaires afin d’éviter des co-infections ».

Et Christophe Strady de poursuivre : « la vaccination antigrippale est également préconisée dans l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois à risque de grippe grave et des personnes immuno déprimées. D’autant que la réponse vaccinale peut être moins efficace chez certains d’entre eux, âgés et immunodéprimés, notamment ».

A noter donc que cette année, le laboratoire français, Sanofi Pasteur, a contribué à hauteur 1,7 million de doses sur les plus de 2 millions de doses du stock d’Etat. Alors, si vous n’avez pas pu vous faire vacciner et que vous êtes en possession du bon de prise en charge de votre Assurance-maladie, il est important de vous rendre dans votre officine pour vous procurer un vaccin ou vous faire vacciner directement à l’officine.