“Les Grosses Têtes” : le salaire des chroniqueurs dévoilé

·2 min de lecture

Les Grosses Têtes, ce sont avant tout des grandes gueules. C’est d’ailleurs ce qui plaît au public : l’émission phare des après-midi de RTL, pilotée par Laurent Ruquier depuis six ans et lancée en 1977 par Philippe Bouvard, réunit 2,5 millions d’auditeurs entre 15h30 et 18 heures. Pendant 2h30, elle réalise par ailleurs 17 % de parts de marché : autrement dit, près d’une personne sur cinq écoutant la radio à ce moment de l’après-midi écoute RTL. “Colossal”, note, à juste titre, Le Figaro, qui publie vendredi 6 novembre 2020 une enquête sur les “secrets de longévité” des Grosses Têtes. On y apprend notamment que l’actuel Premier ministre, Jean Castex, est un “fan de toujours” du programme... et que l’animateur, pour souder ses troupes, organise des week-ends en Normandie. “C’est Laurent Ruquier seul qui rédige les questions à partir de la presse qu’il épluche tous les matins dès 6 heures - l’émission est enregistrée entre 10 heures et 12 heures. Ces questions ouvrent ensuite les échanges et les railleries”, expliquent nos confrères, qui révèlent le salaire de chaque Grosse Tête.

Ainsi, comme le dévoile Le Figaro, dans Les Grosses Têtes, les chroniqueurs sont rémunérés “selon la notoriété et l’ancienneté, entre 300 et 1.000 euros minimum.” Christine Bravo, qui s'est récemment confiée à Femme Actuelle à propos de son nouveau projet de croisières sur la Seine, concède : “Quand on est missionné et bien payé, la moindre des choses, c’est d’être efficace.” 2020 fut marquée par l’arrivée flamboyante de Valérie Trierweiler à la rentrée, après son licenciement de Paris Match. La saison a également accueilli l’humoriste Pablo Mira, l’acteur Michel Fau ou encore le comédien Ahmed Sylla. Yoann Riou, Jean-Luc Lemoine, Philippe Manoeuvre, Arnaud Tsamere, Elie Semoun, Jeanfi Janssens, Stéphane Plaza, Arielle Dombaslle, Cristina Cordula, Karine Le Marchand, Cristiana Reali, Steevy Boulay, Christophe Beaugrand ou encore Philippe Geluck interviennent aussi dans l’émission, qui n’est pas (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite