"Cette grossesse est malvenue, allez-vous faire une IVG ?" : un employeur incite une femme à avorter

Simone Veil se serait probablement retournée dans sa tombe, si elle avait pu lire ce mail… Depuis la mi-novembre 2019, un e-mail fait beaucoup parler de lui sur les réseaux sociaux. Relayée à plusieurs reprises, on peut lire sur cette capture d’écran un message pour le moins déplacé d’une employeuse. Adressé à une femme enceinte, le contenu de ce mail a réellement révolté les internautes : “Pensez-vous reprendre votre activité salariale ou non ? Allez-vous faire une IVG concernant cette grossesse ?” Après avoir explicitement incité la salariée à recourir à une interruption volontaire de grossesse, l’autrice ajoute un argument à son propos : une discussion que les deux femmes auraient eu préalablement. “Lors de notre entretien d'embauche, nous avions discuté de cette situation, je vous ferai remarquer que celle-ci est malvenue. Je vous prie de faire le nécessaire afin d'y remédier”, conclut-elle.

⋙ Une Youtubeuse témoigne de son IVG et déplore le manque d'empathie des médecins

Sans surprise, la twittosphère s’est indignée face à ces paroles allant clairement à l’encontre des droits des femmes. “Une honte, que le recruteur soit poursuivi”, “ce n’est pas banal, c’est pénal”, “irrespectueux”, “outrancier”, voici les commentaires que l’on pouvait lire sur les réseaux sociaux. Pourtant, quelques internautes y voient une fake news et contestent la véracité du cliché. C’est pourquoi le service À la loupe de LCI a mené l’enquête pour retrouver l’origine de cet e-mail. Sur Twitter, c’est une certaine Armonie June qui a publié cette image la première. Contactée par nos confrères, la jeune femme révèle avoir trouvé ce post “sur un groupe Facebook qui parle de flexibilisation du travail.” L’auteur de la publication Facebook assure à son tour l’avoir trouvé sur le réseau Linkedin. LCI est donc remonté jusqu’au profil de Ghassan Fayad, médecin généraliste dans le département du Gard. Ce dernier affirme être à l’origine de la photographie : “Mon profil est un minimum sérieux, ce n'est

(...) Cliquez ici pour voir la suite