Guérisons inexpliquées : pas si incompréhensibles que ça !

"On ne peut plus rien faire pour vous", "Il vous reste quelques mois à vivre"... Certains pronostics laissent peu de place au doute. Pourtant, malgré ces annonces, il arrive que notre état de santé évolue et s’arrange et qu'on soit encore là, bien vivant, plusieurs années après. Pourquoi ? Mystère ! Même si en l'état actuel de nos connaissances, des zones d’ombre demeurent, quelques médecins avancent des éléments de compréhension pour éclairer ces cas inattendus.

Les limites de la science

Ceux qui ont vécu l’expérience parlent parfois de miracle. Les médecins, eux, préfèrent utiliser les termes de guérison inexpliquée ou de rémission spontanée, sans les nier pour autant. Ils sont les premiers à constater que parfois, la médecine ne comprend pas tout. Tous les oncologues peuvent citer au moins un cas de tumeur ayant régressé ou disparu sans que les traitements suffisent à le justifier, voire sans aucun traitement. Cela arrive dans 1 cas pour 100 000 environ. Le Dr Kelly A. Turner, chercheuse américaine en oncologie intégrative, s’est penchée sur ces rémissions de cancer qui font mentir les statistiques. Dans son ouvrage (Les 9 clés de la rémission, éd. Flammarion), elle explique qu'un certain nombre de facteurs reviennent dans quasiment tous les récits des personnes guéries.

Le choix d’une vie plus saine

Il n'y a jamais une explication isolée mais une combinaison d'éléments : une transformation radicale de l'alimentation (plus saine, bio, locale, de saison...), la volonté de cultiver les émotions positives, ou encore d'accepter l'aide des autres (amis, famille, associations...). Finalement, ces rémissions ne viennent pas vraiment « par hasard », mais chez des patients qui tentent tout et s'ouvrent aussi aux approches alternatives. Ceux qui refusent d'accepter la fatalité ont souvent une bonne raison de vivre : des enfants à voir grandir, des projets, un sentiment d'inachevé. "Les recherches montrent qu'on retrouve cet état d'esprit de guérison particulier chez tous les survivants",

(...) Cliquez ici pour voir la suite