Guerre en Ukraine : trois soldats ukrainiens arrêtés et condamnés à mort

© Viktor Antonyuk/SPUTNIK/SIPA

Jeudi 9 juin, les forces séparatistes pro-russes de Donetsk ont condamné à mort trois jeunes combattants ukrainiens sous prétexte de « mercenariat ». Un motif contesté de toutes part qui permet aux geôliers de contourner le droit international en matière de prisonniers de guerre.

Si l’histoire commence seulement à faire du bruit dans la presse, elle alerte la diplomatie depuis bientôt une semaine. Deux Britanniques, Aiden Aslin (28 ans) et Shaun Pinner (48 ans), ainsi qu’un Marocain, Brahim Saâdoun (21 ans), ont été faits prisonniers par les autorités séparatistes pro-russes de Donetsk alors qu’ils combattaient aux côtés de l’armée ukrainienne. Jugés coupables d’être des mercenaires à la solde de Kiev, ils ont été condamnés à mort.

Rendu jeudi 9 juin, ce verdict est le premier prononcé contre des étrangers combattant en Ukraine. « Ils sont venus en Ukraine tuer des civils pour de l’argent », a déclaré aux journalistes celui qui les a condamnés, le dirigeant de la région séparatiste de Donetsk Denis Pouchiline. Pourtant, selon l’agence de presse officielle russe (TASS), deux des trois condamnés, Brahim Saâdoun et Shaun Pinner, ont formellement récusé les accusations de « mercenariat » qui pesaient sur eux, bien qu’ayant reconnu leur participation à des combats « visant à la prise violente du pouvoir ». Le commandant en chef de l’Ukraine lui-même a assuré à l’ONU que les trois hommes appartenaient aux forcées armées ukrainiennes.

Un jeune homme d’à peine 21 ans

Parmi les trois condamnés à mort, l’un d’eux a tout juste atteint la majorité internationale de 21 ans. Quelques éléments indiquent qu’il a été capturé en avril dernier, un peu plus d’un mois après le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles