Hémoptysie : cracher du sang, qu’est-ce que ça cache ?

Hémoptysie : de quoi parle-t-on exactement ?

Un peu d'étymologie. Le mot hémoptysie est composé du grec ancien " hémo " (le sang) et de " ptysie " (qui désigne l'acte de cracher). On parle donc d'hémoptysie lorsqu'une personne crache du sang.

" Attention aux approximations : on peut cracher du sang pour plusieurs raisons, notamment lorsqu'il y a du sang dans le nez et qu'il coule dans la gorge, ou lorsqu'il y a du sang dans l'estomac et qu'il est évacué par la bouche à travers un vomissement (hématémèse) " précise le Dr. Stéphane Jouveshomme, pneumologue.

" L'hémoptysie, ce n'est pas cela : on parle d'hémoptysie lorsqu'il y a du sang des voies aériennes inférieures, que cela entraîne un réflexe de toux et que le sang se retrouve évacué dans les crachats. "

On distingue deux degrés de gravité pour l'hémoptysie :

En cas d'hémoptysie de faible importance, le saignement observé est peu abondant avec des crachats peu fréquents – seulement 2 à 3 fois par jour, par exemple. En cas d'hémoptysie grave, le patient crache du sang de façon abondante (plus de 200 mL par 24 heures). Il existe un véritable risque respiratoire. Hémoptysie : je crache du sang, comment dois-je réagir ?

Attention ! " Une hémoptysie n'est jamais normale ! Si vous constatez que vous crachez du sang (même seulement un peu), prenez rapidement rendez-vous chez votre médecin traitant ou rendez-vous à l'hôpital dans la journée " recommande le pneumologue.

Hémoptysie : comment se déroule le diagnostic ? Dans un premier temps, le médecin (spécialiste ou généraliste) procédera à un examen clinique. L'objectif : vérifier que le patient respire correctement grâce à une mesure de la fréquence respiratoire, un dosage du taux d'oxygène dans le sang et une écoute de la respiration.

Le médecin demandera ensuite un bilan biologique. Cette prise de sang consiste à mesurer deux valeurs – le Temps de Thrombine (TT) et le Temps de Céphaline avec Activateur (TCA) – afin de vérifier que le processus de coagulation du sang fonctionne

(...) Cliquez ici pour voir la suite