Hépatite A : comment éviter de l’attraper via l’alimentation ?

Avant toute chose, l’hépatite A. Il s’agit d’une infection virale qui touche le foie. Extrêmement répandue, elle se transmet par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par des matières fécales ou par contact direct avec une personne infectée.

Concrètement, après avoir été ingéré par voie orale, le virus traverse la membrane qui recouvre la cavité de la bouche ou de l’intestin et se retrouve dans le sang. Sang, qui va alors se charger de conduire l’hépatite A jusqu’au foie. Ensuite, le virus est excrété dans les selles des personnes contaminées. Très résistant dans le milieu extérieur, sa propagation peut être fulgurante, surtout dans les pays tropicaux et dans les pays en voie de développement, où les conditions d’assainissement et l’hygiène individuelle ou collective sont insuffisantes. Il existe aussi une transmission sexuelle du virus surtout dans les communautés homosexuelles, favorisée par les contacts oro-anaux. En revanche, contrairement aux hépatites B et C, l’hépatite A n’entraîne pas de maladie chronique et reste bénigne la plupart du temps. Excepté chez les personnes immunodéprimées, où elle peut s’avérer dangereuse voire mortelle.

Comment éviter l’infection ?

Bonne nouvelle. Il existe quelques gestes qui peuvent prévenir de l’infection. Primo, la vaccination. Elle est recommandée à partir d’1 an à tous les voyageurs séjournant en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique Latine. Efficace et bien tolérée, elle consiste en une injection suivie d’un rappel 6 mois ou un an après.

Deuxième moyen de prévenir l’hépatite A : l’hygiène. Se laver les mains après être allé aux toilettes, après avoir changé une couche, avant de faire la cuisine. Rincer efficacement les fruits et légumes, nettoyer son réfrigérateur ainsi que les ustensiles utilisés.

À l’étranger, éviter la viande, le poisson, les crustacés et les légumes crus. Ne pas boire d’eau susceptible d’être contaminée et privilégier les bouteilles.

À lire aussi :

⋙ Manque d’hygiène, harcèlement : pourquoi

(...) Cliquez ici pour voir la suite