Hôpital public : le coup de gueule de Valérie Bonneton

Elle nous a plus habitués à nous faire rire que réfléchir mais ça n’empêche pas l’actrice Valérie Bonneton, star de la série Fais pas ci fais pas ça, de pousser un coupe de gueule sur la question de l’hôpital public. Alors que personnels soignants, urgentistes et médecins, au bout du rouleau, manifestent pour protester contre une politique purement budgétaire qui est en train de les tuer, la comédienne fait partie des 108 personnalités qui ont signé une lettre ouverte au président de la République pour sauver l’hôpital public. Confrontée elle-même à la maladie et à la perte d’un proche, elle a récemment fréquenté les établissements hospitaliers et ce qu’elle y a vu l’a décidé à s’exprimer, comme elle l’explique à nos confrères du Parisien.

"J’ai rencontré des infirmières et des médecins à bout de souffle, témoigne-t-elle. Humainement, on sent que quelque chose s’est déréglé. Il faut attendre des heures pour un pansement , un soin qui sera peut-être mal fait, poursuit-elle. (…) Le problème, c’est que les infirmières changent tous les jours, elles courent partout. On voit qu’elles sont complètement dépassés. Pour les patients et les proches, le stress est total". Et de témoigner de la perte de contrôle d’un médecin « au bout du rouleau », qui parlait mal à une de ses amies en fin de vie.

Pour autant, l’actrice n’accable pas des professionnels qui ne sont pas responsables des conditions dans lesquelles ils travaillent. "Ils font tout ce qu’ils peuvent, ils se battent pour les autres. Mais là, il faut agir. Leurs conditions de travail se sont trop dégradées. Aujourd’hui, on a peur d’être soigné à l’hôpital public. La santé, cela doit être la priorité du gouvernement. Il faut un vrai changement, des meilleurs salaires, plus d’embauche. Sinon la situation va continuer à se détériorer."

De son côté, Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère" des professionnels. Un discours aussitôt qualifié de "vide et creux" par le porte-parole de l’Association des médecins urgentistes

(...) Cliquez ici pour voir la suite