Publicité

Les habitants de cette ville néo-zélandaise n’en peuvent plus d’entendre les tubes de Céline Dion à longueur de journée

Le principe est simple : une voiture, des enceintes normalement utilisées pour faire retentir des sirènes d’urgence et des chansons de Céline Dion diffusées au volume maximal. C’est à celui ou celle qui produira le son le plus clair et le plus fort. Une compétition loufoque qui se déroule depuis des décennies dans le sud d'Auckland, en Nouvelle-Zélande. Et qui, malgré la tradition pour élire le “siren king”, n’est pas du goût de tous·tes les habitant·es, rapporte The Guardian. Il faut dire que les enceintes ne cessent jamais de cracher les hits de la chanteuse québécoise, plus ou moins remixés. Jour et nuit, les voitures passent ou stationnent dans la ville, au grand regret de celles et ceux qui ne participent pas à la compétition. “Iels jouent la moitié d’une chanson, la modifient et font des sons grinçants, donc ce n’est même pas comme si on écoutait de la bonne musique, explique la maire de Porirua, Anita Baker. Je ne veux pas être méchante, mais iels ne jouent même pas des chansons entières.”

Une pétition a été lancée au début du mois d’octobre par des citoyen·nes agacé·es afin d’interdire cette compétition de “siren kings” dans la commune. Certain·es pensent même à déménager si le problème persiste. Pourtant, les compétiteur·ices et les habitant·es ont déjà vécu en harmonie à Porirua. Après une bataille similaire, un accord avait été trouvé pour organiser les battles de sirènes dans les zones industrielles, loin des habitations, exclusivement avant 22 h. Depuis l’année dernière, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le scénariste de “Bridget Jones” regrette la grossophobie que véhiculent certains de ses films
Le scénariste de “Bridget Jones” regrette la grossophobie que véhiculent certains de ses films
Transphobie : J. K. Rowling préférerait aller en prison plutôt que de respecter les droits des personnes transgenres
Transphobie : J. K. Rowling préférerait aller en prison plutôt que de respecter les droits des personnes transgenres
“Une manière de me rebeller” : Pour la première fois, Britney Spears revient sur les raisons de son rasage de crâne en 2007