Haldol : les précautions à prendre avec ce médicament

Pattanaphong Khuankaew

L’Haldol appartient à la famille des butyrophénones. Sa substance active est l’halopéridol et il fait partie de ce qu’on appelle les “antipsychotiques”. Il est commercialisé, uniquement sur prescription médicale, sous différentes formes : comprimés de 1 ou 6 mg, solution buvable ou solution injectable en ampoule. Ses indications sont nombreuses et il est utilisé chez l’enfant à partir de 3 ans, l’adolescent et l’adulte pour traiter des maladies affectant les pensées, les sensations ou le comportement, par exemple chez les personnes schizophrènes, présentant un trouble bipolaire ou des problèmes comportementaux graves. Il agit ainsi sur des symptômes comme les hallucinations, la paranoïa, les idées délirantes, les comportements agressifs. On l’utilise également pour traiter la schizophrénie chez les adolescents, les tics chez les personnes souffrant d’une forme sévère du syndrome de Gilles de la Tourette sévère. Chez les adultes, on l’utilise également pour aider à contrôler les mouvements associés à la maladie de Huntington, une maladie génétique et héréditaire rare notamment caractérisée par des mouvements involontaires.

Si le service thérapeutique rendu par l’Haldol est considéré comme “important” par la HAS (Haute Autorité de Santé), ce médicament ne peut pas être utilisé chez tout le monde. Il existe un certain nombre de contre-indications strictes qui doivent faire préférer une autre molécule. La première contre-indication est évidemment celle d’une allergie à l’halopéridol (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite