Halloween : les infirmières québécoises lancent une campagne contre la sexualisation de leur profession

Getty Images

Chaque mois d’octobre, Halloween est l’occasion pour les petits et les grands de se déguiser et d’arborer toutes sortes de costumes plus ou moins effrayants. C’est aussi, malheureusement, une fête qui véhicule encore de nombreux clichés. Parmi les plus tenaces : l’érotisation du métier d’infirmière, qui passe notamment par des costumes toujours plus sexy (et bien loin de la réalité), entre robe courte et ultra moulante, décolleté plongeant, talons hauts et bas résille (si vous en doutez, tapez "costume infirmière" sur Internet et voyez par vous-même…)

Las‧ses de ces stéréotypes sexistes, qui impactent selon eux la profession et sa représentation, certain‧e‧s infirmier‧e‧s ont décidé de réagir. À l’approche du jour J, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a effectivement lancé une campagne pour "inciter la population à réfléchir de manière plus critique à la façon dont les infirmières sont représentées", a rapporté Le HuffPost, mercredi 26 octobre. Dans une vidéo postée sur YouTube deux jours plus tôt, plusieurs soignant‧es de l’OIIQ ont appelé la population à mettre en valeur et à projeter une image réaliste de ce métier en choisissant pour Halloween un vrai costume d’infirmière, comprenant les chaussures plates, les gants, la visière et la blouse réglementaire. "Les infirmières et infirmiers soignent notre monde, soignons leur image", peut-on lire dans la vidéo déjà visionnée plus de 33.000 fois trois jours après sa publication.

Dans un communiqué, l’Ordre des (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pour Halloween, le comportement irresponsable de Machine Gun Kelly et Megan Fox indigne les internautes
Halloween : voici la playlist idéale pour se faire (vraiment) peur
Jeu concours : tentez de remporter notre livre collector sur les Savoirs Inutiles !
3 messages cachés que l’on n’avait pas forcément vus dans Midnights, le nouvel album de Taylor Swift
Ce nouveau film Disney sur la dysmorphie corporelle a une héroïne grande taille (et ça fait du bien)