Handicap : à Hong Kong, une équipe de sportifs malvoyants défie les vagues (et le validisme)

Sur les instructions de leur entraîneur de bateau-dragon, des sportifs malvoyants membres d'une même équipe "défient l'impossible" et pagayent à l'unisson sur une rivière de Hong Kong...

Sur les instructions de leur entraîneur de bateau-dragon, des sportifs malvoyants membres d'une même équipe "défient l'impossible" et pagayent à l'unisson sur une rivière de Hong Kong, tout en retrouvant confiance en eux.

Les Darkness Fighters ("Combattants de l'obscurité" en français) sont la seule équipe de la mégapole financière à faire naviguer côte à côte des personnes déficientes visuelles et des bénévoles voyants pour concourir lors de la fête des bateaux-dragons, qui a lieu lundi à Hong Kong.

Cette manifestation à la fois culturelle et sportive est une tradition vieille de plus d'un siècle en Chine.

"Nous devons être unis" et attentifs, "les mouvements de rame de chacun doivent être synchronisés", explique à l'AFP Samrid Wongchan, 62 ans, qui s'exerce avec son groupe sur la rivière Shing Mun, dans le centre du territoire.

Là où les rameurs voyants recourent à la vue autant qu'à l'ouïe pour voguer, l'oreille des Darkness Fighters déficients visuels joue, elle, un rôle plus que crucial.

"Nous devons écouter attentivement (notre) environnement", décrit la sportive, aveugle.

La sécurité est également un point essentiel, et ce, ne serait-ce qu'à l'embarquement dans ces pirogues à l'assise basse.

L'équipe, formée en 2018, compte aujourd'hui quelque 50 membres pour beaucoup retraités dont la forme physique et l'acuité visuelle varient.

Leur discipline, née dans l'ancienne Chine, s'est diffusée sur la planète et Hong Kong...

Lire la suite


À lire aussi

"Je veux être en phase avec moi-même !" : Pamela Anderson assume plus que jamais son âge et tient à le faire savoir
"Nos droits sont bafoués, nous les défendons !" : à Kiev, la première Marche des fiertés depuis l'invasion russe est un acte de résistance
"J'aime bien voir les mamies, ça me fait penser à mes parents" : dans les Deux-Sèvres, une résidence réunit personnes âgées et jeunes migrants