Handigynéco : tout ce qu'il faut savoir sur ce dispositif adressé aux femmes en situation de handicap

En France, les femmes en situation de handicap ont un accès limité aux soins gynécologiques. Les raisons qui expliquent ce phénomène sont nombreuses, entre le manque de formation des professionnels de santé aux spécificités du handicap, les problèmes d'accessibilité ou encore la lourdeur de certaines démarches administratives, notamment liées au remboursement des consultations. Résultats : seules 58 % des femmes concernées déclarent bénéficier d'un suivi gynécologique régulier, 85 % affirment ne jamais avoir eu de mammographie et 26 % n'ont jamais fait de frottis, rapporte une étude publiée en 2017 par l'Agence régionale de santé d'Île-de-France.

Face à ce constat, le gouvernement a décidé de "généraliser" la Démarche Handigynéco, comme l'a annoncé Emmanuel Macron à l'occasion de la Conférence Nationale du handicap, qui s'est tenue le 26 avril dernier. Mais de quoi s'agit-il ? Déjà expérimentée dans 5 départements (Paris, Seine-et-Marne, Hauts-de-Seine, Yvelines et Seine-Saint-Denis) et déployée depuis peu en Bretagne et en Normandie, dernière vise à faire intervenir des sages-femmes libérales dans des structures médico-sociales après les avoir au préalable formées aux questions liées au handicap. Voici tout ce qu'il faut savoir.

"Handigynéco s'inscrit dans une démarche d'aller-vers", nous explique le Dr Catherine Rey-Quinio, conseillère médicale pour les politiques en faveur des personnes handicapées à l'ARS Île-de-France. Concrètement, les sages-femmes formées aux questions liées (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Des scientifiques pensent avoir trouvé la cause de la mort subite du nourrisson
Le désir des femmes ne diminue pas avec l'âge, selon une étude
La nuit, vous rêvez que vous quittez votre partenaire ? Voici ce que cela signifie
Les bonnes nouvelles seraient encore meilleures quand on les entend de l'oreille gauche, selon une étude
Infertilité masculine : urgence ou pas, il faut agir (voici comment)