Harcèlement de rue : la campagne de sensibilisation lancée par Gérald Darmanin divise

Pour faire de la prévention sur le harcèlement de rue, Gérald Darmanin a lancé ce mardi 30 mai la distribution de cinq millions de flyers dans les rues. Une méthode qui ne fait pas l’unanimité.

Huit femmes sur dix ont peur de rentrer seules chez elles le soir, selon le dernier rapport du Haut-Commissariat à l’Égalité. Alors que le harcèlement de rue continue de faire rage, le ministère de l’Intérieur a décidé de lancer ce mardi une campagne de sensibilisation pour plus de sécurité des femmes dans l’espace public. Pour ce faire, “5 millions de flyers seront distribués à partir du 30 mai et tout au long de l’été par les policiers et les gendarmes” indiquait Gérald Darmanin dans un tweet ce 15 mai. Une stratégie qui a fait tomber des nues plusieurs associations et internautes, ces derniers jugeant la méthode insuffisante. Pour Violaine de Filippis, avocate et porte-parole de l'association Osez le féminisme juge, il s'agit d'une "mesure gadget largement insuffisante" qui "ne répond pas aux attentes des associations" et "n'améliorera pas la prise en charge des victimes", comme elle le déplorait sur BFMTV ce mardi. La militante évoque également "une certaine ironie, puisque ces tracts vont être distribués par des officiers de police qui, eux-mêmes, ne sont souvent pas formés aux violences conjugales". En effet, Violaine de Filippis dénonce les "conditions des dépôts de plainte”, souvent accompagnées par des “questions déplacées et inadéquates”. “Le dépôt de plainte, c'est une catastrophe. Quand vous êtes reçue, il n'y a absolument pas de confidentialité, quand vous déposez plainte, on entre et on sort dans le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi