Harcèlement de rue : le dispositif « Où est Angela » se propage en France

© Anh Do/EyeEm/Getty Images

Nombre de grandes villes françaises ont adhéré au dispositif « Où est Angela ? » en 2022, dont Lyon, où une trentaine de commerçants se portent volontaires pour accueillir les victimes de harcèlement de rue.

De plus en plus de villes françaises adoptent le dispositif « Où est Angela ? », aussi appelé « Demandez Angela ». En quoi consiste-t-il ? En demandant Angela dans un commerce participant, une personne victime de harcèlement de rue peut y trouver refuge. Les commerçants volontaires sont identifiables grâce à un sticker, apposé sur leur vitrine.

Lire aussi >> En 2022, la plupart des femmes se sentent toujours en insécurité dans l’espace public

La dernière à avoir adopté l’initiative est Lyon. Le 24 juillet dernier, « Le Parisien » a rapporté qu’une trentaine de commerces du 7ème arrondissement de la ville se sont portés volontaires, et qu’ils devraient être plus nombreux à la rentrée. Émilie, gérante d’un café, a expliqué sa démarche à nos confrères : « Notre rôle est d’accueillir et de dire à la victime qu’on la croit et que ce n’est pas de sa faute. Puis de recueillir le maximum d’informations sur son harceleur si jamais elle a besoin de porter plainte. » Pour savoir comment réagir, les commerçants signent une charte et suivent une formation, leur permettant d’assurer la sécurité de toute personne qui le demande.

Une initiative codifiée par le gouvernement en 2020

En 2022, Saint-Brieuc, Bordeaux, Besançon, Arras, Abbeville ou encore Pau ont aussi adhéré au dispositif. Il a été lancé en 2017 au Royaume-Uni, et reproduit par un collectif féministe étudiant de Rouen la même année. Deux ans plus tard, il...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Affaire Éric Coquerel: une enquête ouverte pour harcèlement et agression sexuels

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles