Haute Couture : Les rêves andalous de Giambattista Valli

Alexandra Pizzuto
·1 min de lecture

Démonstration théâtrale d’un savoir-faire prodigieux, la nouvelle collection haute couture Giambattista Valli nous mène aux confins d’un voyage intérieur, sur fond d’escapades andalouses à l’esthétique dithyrambique.

Une invitation à l’introspection à travers des fragments de dédale urbain : c’est ce que nous propose cette semaine Giambattista Valli, qui nous présentait ce lundi sa nouvelle collection haute couture printemps-été 2020. Pandémie oblige, le couturier a dévoilé ses 26 silhouettes de rêve à travers un court-métrage hautement poétique, mêlant danse classique, architecture patrimoniale et, bien évidemment, artisanat couture. “Aujourd’hui, on peut définir la haute couture comme un moment de recherche de l’extraordinaire.” nous confesse-t-il dans son showroom, quelques heures avant de dévoiler sa collection.

Une couture à la gestuelle féminine

Cascades de volants en taffetas tour à tour incandescentes ou virginales, robes bustier aux volumes grandiloquents doublés d’un immense voile, drapés vestaliens accentués de prodigieux décolletés ou encore excroissances de tulle rose ornées de dentelles et de broderies précieuses : célèbre pour ses silhouettes dignes des contes de fée, Giambattista Valli décline cette saison son abécédaire stylistique sur un mode résolument contemporain, chaque robe s’appliquant à raconter sa propre histoire, sa propre exploration. Celle d’une femme indépendante et intuitive, nomade, tournée vers les cultures étrangères et qui, à contre-courant des modes, s’habille en accord avec ses goûts et ses envies. Une personnalité toute en audace, qui s’inspire en réalité de l’entourage intime du...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi