Le « Havanoscope », bible d'un art de vivre à la cubaine

Par Jacques Chevalier
·1 min de lecture
À ce stade de l'emballage, le précieux havane a fait l'objet de multiples soins avant d'aller affronter le verdict du Havanoscope.
À ce stade de l'emballage, le précieux havane a fait l'objet de multiples soins avant d'aller affronter le verdict du Havanoscope.

« Dieu est un fumeur de Havane » et, sans aucun doute possible depuis plus de vingt ans, lecteur d'une bible qui est consacrée à la divine vitole. Unique au monde, le Havanoscope vient de débarquer chez les bons marchands de journaux et les civettes spécialisées qui le diffusent, une vraie tuile pour cette compilation annuelle au moment du reconfinement. Heureusement, on pourra se le procurer via le site (1) du journal L'Amateur de cigare, qui, depuis 1998, est la vigie de toute une culture à tort assimilée à celle des autres fumées.

Le Havanoscope 2020 © L'Amateur de Cigare

Gainsbourg le savait bien en confrontant dans sa chanson havanes et gitanes, et pas que pour la rime. En opposant le raffinement de la dégustation à la compulsion indifférente, il définissait deux mondes qui souvent s'ignorent. C'est à un maître du goût, journaliste ?nologue averti s'il en est, Jean-Paul Kauffmann, que l'on doit la création de ce journal sans équivalent sur la planète.

Même les Américains nous l'envient, mais, sans accès au marché cubain, ils ne peuvent toucher aux produits et à leur complexité. Privilégiés et en terrain de connaissance, les Français le sont, car, comme le vin, le havane est vivant et varie d'un millésime à l'autre, en fonction de son vieillissement et de sa maturation. Et ce n'est pas faire injure à la vigne que d'oser ce rapprochement tant les assemblages et élevages sont similaires et le rituel de la dégustation aussi codé qu'un office religieux.

« L'a [...] Lire la suite