Hellfest : la ministre de la Culture Rima Abdul-Malak rencontre l’un de ses groupes préférés

©Rima Abdul Malak/Twitter

La ministre de la Culture Rima Abdul-Malak a passé son samedi 25 juin au « Hellfest », le plus grand festival de métal français. Présente pour soutenir l’évènement, elle en a aussi profité pour aller voir sur scène l’un de ses groupes préférés…

C’était la première fois qu'un.e ministre de la Culture se déplaçait là-bas. Samedi 25 juin, Rima Abdul Malak, membre du gouvernement d’Emmanuel Macron, s’est rendue à Clisson, en Loire-Atlantique, pour assister au festival de musique métal, le « Hellfest ». Devant les caméras, cette dernière a notamment déclaré être venue sur place pour « soutenir et reconnaître l'importance » de l’évènement, devenu à ses yeux le « plus grand festival de France ». Programmée cette année sur deux week-ends d’affilé, la grande messe des musiques extrêmes a effectivement explosé des records de fréquentation en attirant près de 420.000 fans.

 

Une passion pour un des groupes en tête d’affiche

 

Elle aurait pu s’arrêter là, repartir tout de suite à Paris après ces déclarations… mais non ! Figurez-vous que Rima Abdul-Malak est aussi venue au « Hellfest » pour voir sur scène l’un de ses groupes préférés : les Guns N’Roses. « Le premier concert de ma vie, à 14 ans, c'était eux à la Halle Tony Garnier à Lyon où je vivais » a-t-elle notamment expliqué aux journalistes avant de poster sur Twitter une photo d’elle entourée du groupe.

Au #Hellfest ! Le plus grand festival de France, qui réunit le meilleur de la scène rock & métal française et internationale. Retrouvailles avec les Guns N’Roses, premier groupe que j’ai vu en concert à Lyon l’année de mes 14 ans. Vive la musique! Vive toutes les musiques!

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles