Hernie hiatale : quand doit-on envisager l’opération ?

© iStock

Lorsqu’une partie de l’estomac remonte dans le thorax, au lieu de rester sous le diaphragme dans l’abdomen, on parle de hernie hiatale. Cette affection peut être de deux sortes : la hernie hiatale par glissement, la plus fréquente, et la hernie hiatale par roulement. “Soit la jonction œsogastrique entre l’œsophage et l’estomac (cardia) migre vers le haut en cas de hernie hiatale par glissement, soit elle reste en place et l’estomac ‘roule’ à côté, formant une poche intrathoracique. Il s’agit d’une hernie par roulement ou para-œsophagienne”, précise la Société française de gastro-entérologie. La hernie hiatale est le plus souvent causée par une perte de tonus du diaphragme et un élargissement du hiatus, deux phénomènes liés à l’âge et favorisée par le surpoids, qui est un important facteur de risque. Dans certains cas, la hernie peut être congénitale.

Les symptômes d'une hernie hiatale par glissement sont ceux du RGO (reflux gastro-oesophagien) : sensations de brûlure, remontées acides, toux, hoquet, douleurs au niveau de l’épigastre, etc. Dans certains cas, il arrive que cette hernie soit asymptomatique. L’intervention chirurgicale n’est pas réalisée en première intention dans le cas d’une hernie par glissement. Dans un premier temps, l’objectif va être de traiter le reflux gastro-œsophagien, afin de limiter l’irritation de la paroi de l’œsophage qui peut provoquer à terme œsophagite et ulcères, avec des médicaments antiacides et antisécrétoires. Des mesures hygiéno-diététiques (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite