Hervé Guibert par Christophe Honoré : “Une révélation“

Christophe Honoré
·1 min de lecture
© Jules Faure pour Les Inrockuptibles
© Jules Faure pour Les Inrockuptibles

“J’avais 19 ans et j’habitais alors dans un appartement à Rennes, en face de la prison des femmes ; un soir, la fille que je tenais souvent dans mes bras m’a offert Fou de Vincent. Le livre était non massicoté, il fallait détacher les feuilles les unes après les autres avec un coupe-papier. Le premier Guibert, je l’ai lu armé. Plus j’avançais dans la lecture, plus il me fallait brutaliser ce livre dont les mots à leur tour me fauchaient. J’ai fini par déchirer les dernières pages, dans l’impatience, comme une étreinte frénétique.

Je me suis mis à lire tous les romans publiés d’Hervé Guibert, puis j’ai lu Mathieu Lindon, Eugène Savitzkaya, j’ai regardé les photos de Bernard Faucon, les films de Patrice Chéreau… Pendant quelques mois, j’ai vécu plus sa vie que la mienne.

Lire la suite...