Homme ou femme, qui espionne le plus sur les réseaux ?

Qui enquête le plus sur ses exs ou son partenaire amoureux ? Une étude s’est penchée sur la question en comparant les habitudes de centaines d’hommes et de femmes.

Avez-vous déjà eu un comportement de « stalkeuse » ? Il n’est pas rare qu’au court d’une relation ou après une rupture, notre curiosité l’emporte sur la raison. Elle nous pousse même à fouiller dans la messagerie de notre bienaimé ou épier ses faits et gestes sur Instagram. Une étude américaine publiée dans la revue « Personality and Individual Differences » s’est penchée sur le type de personne le plus susceptible de stalker un partenaire ou un ex sur Internet selon son genre.

Lire aussi >> Réseaux sociaux : la rupture amoureuse impossible

Créer un faux compte pour espionner son ex

Pour observer nos comportements de stalkeurs, les chercheurs ont demandé à 449 travailleurs d’un entrepôt de répondre à des questions sur leurs habitudes numériques. D’une moyenne d’âge de 41 ans, 64% d’entre eux étaient dans une relation amoureuse à long terme. Ils ont dû répondre à des questions telles que « J'ai vérifié l'historique du téléphone/de l'ordinateur de mon partenaire pour voir ce qu'il a fait » ou « J'ai utilisé un faux compte en ligne (par exemple, Facebook, Instagram, e-mail) pour vérifier les profils des autres sans qu'ils le sachent. »

L'analyse des données a montré qu’il existe trois formes de cyberstalking : passive, invasive et insidieuse. La première consiste à vérifier les réseaux sociaux de votre ex-mari, son dernier statut en ligne. La version invasive serait d’utiliser les identifiants d’un ex ou...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles