Des hommes et des garçons seraient aussi violés en Ukraine, alerte l'ONU

Une conférence de presse à Kyiv s'est tenue ce 3 mai avec Olha Stefanishyna, vice-première ministre ukrainienne chargée de l'intégration européenne et euro-Atlantique, et Pramila Patten, représentante spéciale des Nations unies sur les violences sexuelles en temps de guerre. Au micro, cette dernière a affirmé avoir "reçu des rapports, qui n'ont pas encore été vérifiés, concernant des cas de violence sexuelle contre des hommes et des garçons en Ukraine".

Une tragédie qui rejoint les cas déjà nombreux de viols de femmes ukrainiennes par les soldats russes. "Il est difficile pour les femmes et les filles de signaler [le viol] en raison de la stigmatisation, entre autres, mais il est souvent encore plus difficile pour les hommes et les garçons de le faire", ajoute-t-elle, exhortant à "créer cet espace sûr pour que toutes les victimes puissent signaler les cas de violence sexuelle."

Pramila Patten a également prévenu que les dizaines de cas de violences sexuelles qui font l'objet d'une enquête à ce jour "ne représentent que la partie émergée de l'iceberg". En réponse à ces crimes, elle implore deux choses : aux survivant·es de se manifester, et à la communauté internationale de trouver les auteurs et de les tenir pour responsables. "Les documents d'aujourd'hui seront les poursuites de demain", a-t-elle déclaré.

Le viol comme stratégie délibérée

"Tous les signaux d'alerte clignotent au rouge en Ukraine, avec des allégations de violences sexuelles...

Lire la suite


À lire aussi

"Tu seras un homme féministe, mon fils" : le manifeste de Maxime Ruszniewski dans "Le grand oral"
Les hommes seraient plus heureux si les femmes gagnaient plus (mais pas trop quand même)
Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles