Publicité

Les hommes sont obsédés par l'Empire romain, si l'on en croit TikTok. Des universitaires expliquent pourquoi

Contrairement aux femmes, les hommes penseraient régulièrement à l'Empire romain. C'est ce qui ressort d'une tendance TikTok (qui n'a donc rien de scientifique). Cet attrait pour l'Empire romain aurait néanmoins des explications précises qui se trouveraient dans la masculinité. Mais pas que.

"À quelle fréquence penses-tu à l'Empire romain ?" Voilà une question rarement posée jusqu'à peu. Elle est désormais sur de nombreuses lèvres depuis qu'elle est devenue une tendance sur TikTok. Dans de multiples vidéos, on voit une femme poser la question à son conjoint/frère/père et bien souvent s'étonner de leur réponse. "Plusieurs fois par semaine", "Une fois par jour", "Souvent" : autant de réponses inattendues qui montreraient l'obsession des hommes pour l'Empire romain. S'il semble compliqué de tirer une conclusion à partir de vidéos postées sur TikTok, cet intérêt masculin pour l'Empire romain s'expliquerait de différentes manières.

Pour en savoir plus, le HuffpostUS a interrogé différents spécialistes de l'Empire romain. Plusieurs citent les empereurs romains et les mythes qui les entourent lorsqu'il s'agit de comprendre l'intérêt des hommes pour cette période s'étendant de - 27 av J.C à 476. "Ces empereurs peuvent être perçus comme des sages, à l'image de Marc-Aurèle, mais également comme de véritables tyrans comme Caligula ou Nero. Ces empereurs romains représentent à la fois le meilleur et le pire pour nous", répond David Potter, Professeur à l'Université du Michigan.

Sur le même sujet ⋙ Deux parents portent plainte contre TikTok après le suicide de leur fille harcelée. Une première en FranceSur TikTok, la langue des signes est devenue virale. Mais certains créateurs l'enseignent de façon erronée

Kimberly Bowes, Professeur à l'Université de Pennsylvanie estime (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Thomas Gravereau ("Pourvu qu’il soit dur") : "Il est important de redéfinir le concept de la masculinité"