Les hormones féminines pourraient-elles aider à soigner le Covid-19 ?

Irène Ahmadi
Crédit Photo : Chiplanay via Pixabay

Selon le GlobalHealth50/50 qui rassemble les données des différentes agences de santé dans le monde, plus d'hommes que de femmes sont décédés à cause du Covid-19. Pour tenter d'expliquer ce phénomène, deux études portant sur les œstrogènes et la progestérone ont été lancées aux Etats-Unis, comme le soulignait le New York Times il y a quelques jours. Sharon Nachman, professeure de pédiatrie à l'Université Stony Brook de New-York et Sara Ghandehari, pneumologue et médecin dans le service de soins intensifs à l'hôpital américain Cedars-Sinai à Los Angeles, en sont à l'origine.

Des études visant à réduire les symptômes du Covid-19

"L'objectif est de réduire les symptômes, et non pas d'éviter une contamination", explique aux Inrocks la Docteure Nachman, qui encadre l'étude sur les œstrogènes de l'école de médecine de l'université de Stony Brook. Cette hypothèse a été proposée par son confrère Antonio Gasparis, qui, en soignant des patients en soins intensifs, a été étonné de constater un tel écart entre le nombre d'hommes et de femmes touché·es par le Covid-19. L'essai sur les œstrogènes, lancé le 24 avril sur un premier patient, vise à vérifier si ceux-ci amélioreront ou non la réponse immunitaire des patient·es atteint·es du Covid-19. Pour Sharon Nachman, aucun risqu

Lire la suite sur lesinrocks.com