Hospitalisation à domicile : comment ça marche et comment faire pour en bénéficier ?

Depuis la création en 1957 des premieres structures d’hospitalisation à domicile (HAD), cette alternative à la prise en charge intra muros n’a cessé de se développer. Les progrès de la médecine et de la technique (appareils plus performants et plus petits) y sont pour beaucoup. Mais la révolution numérique, qui a ouvert la voie aux dossiers partagés en temps réel, a aussi favorisé son essor en permettant une meilleure coordination des différents intervenants, donc un suivi plus efficace des patients. Et tout cela, pour un coût journalier trois fois inférieur à celui de l’hôpital. Pourtant, souligne Mathurin Laurin, délégué national de la Fédération nationale des établissements d’hospitalisation à domicile (FNEHAD), “l’objectif du taux de recours à l’HAD, fixé à 35 patients pour 100.000 habitants en 2013, n’est toujours pas atteint. Nous en sommes actuellement à 27-28 patients pour 100.000 habitants”, soit 160.000 personnes l’année dernière. Pourquoi ? Essentiellement par méconnaissance du dispositif, tant de la part des patients que des médecins. L’occasion de faire un point.

L’HAD permet d’assurer des soins de nature hospitalière, lourds et complexes, sur le lieu de vie du patient, qu’il s’agisse d’une maison, d’un appartement, d’une chambre dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), ou pour personnes handicapées. Comme à l’hôpital, des professionnels de santé se relaient auprès du malade pour lui prodiguer les soins prescrits, et une permanence (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite