House of the Dragon : qu'est-ce que le trouble du "skin picking" dont souffre l'un des personnages ?

House of the Dragon - HBO

No spoiler alert. Depuis le 21 août, les fans de Game of Thrones peuvent découvrir le premier spin-off de la série : House of the Dragon. Celui-ci est consacré à la famille Targaryen et l’intrigue se situe plus de 170 ans avant le début de la série d’origine. Cette nouvelle création de George R. R. Martin est donc l’occasion de découvrir de nouveaux personnages. Outre le roi Viserys Ier et sa fille Rhaenyra, les téléspectateur·rices ont fait la rencontre d’Alicent Hightower. Amie proche de la fille du roi, elle est elle-même la fille de la Main du roi, Otto Hightower. Et, au-delà des péripéties du personnage, les fans de la série ont pu remarquer qu’Alicent souffrait de “skin picking”, également appelé dermatillomanie.

À plusieurs reprises, lors des deux premiers épisodes de la saison, la caméra s’est concentrée sur les mains du personnage. Et pour cause, lors d’épisodes de stress visible, Alicent Hightower s’arrache la peau autour des ongles, à tel point que ses doigts sont régulièrement en sang. La jeune fille se fait même réprimander par son père afin qu’elle arrête de le faire. Mais cette pratique s’appelle en réalité la dermatillomanie et il ne s’agit pas d’une pathologie si simple à arrêter.

Le “skin picking” est une pratique qui consiste à se triturer la peau au point de créer des lésions sur celle-ci. Elle fait partie des troubles obsessionnels compulsifs et est, en général, une réponse au stress et à l’anxiété. Qu’il s’agisse du visage, du cuir chevelu, des mains ou (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Drôle, fidèle, introverti(e)… Quel type d'ami(e) êtes-vous ? Faites ce test pour le savoir
Quelles sont les quatre années de votre vie où vous serez le plus heureux ? Une étude répond
Voici ce que votre photo de profil révèle vraiment de votre personnalité
Un traitement contre l'hyperphagie boulimique pourrait voir le jour, selon la science
Anxiété, dégoût, culpabilité : découvrez le syndrome du "téton triste"