Hyperémèse gravidique : des recommandations pour mieux traiter ces nausées sévères de la grossesse

© AsiaVision/iStock

Appelée hyperémèse gravidique, cette affection dont souffrait notamment Kate Middleton est encore mal prise en charge. Pourtant, elle peut conduire à de graves complications.

Le Collège des gynécologues et obstétriciens français a présenté vendredi 13 janvier ses recommandations pour une meilleure prise en charge des formes les plus sévères de nausées et de vomissements durant la grossesse, une affection pouvant parfois conduire à de graves complications.

Cette forme sévère de nausées et vomissements, appelée hyperémèse gravidique, est « bien identifiée » mais reste « assez mal connue et la prise en charge n'est toujours pas codifiée », a souligné Cyril Huissoud, gynécologue-obstétricien et secrétaire général du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF).

Cette maladie pâtit encore « d'une forme de mépris, de méconnaissance et de certains a priori concernant le profil psychologique des patientes », a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

La princesse de Galles, Kate Middleton, a souffert de cette pathologie lors de ses grossesses et avait dû être hospitalisée.

Une meilleure sensibilisation des soignants au dépistage

Les recommandations du CNGOF prévoient notamment une prise en charge plus standardisée et une meilleure sensibilisation des soignants au dépistage, ce qui doit en particulier permettre de mieux connaître cette pathologie, mieux identifier les femmes à risques et mieux accompagner les patientes.

« Si les traitements médicamenteux ont une certaine efficacité, celle-ci est parfois limitée et il faut pouvoir proposer un accompagnement global pour limiter...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi