Hyperferritinémie : causes, symptômes, diagnostic, risques, traitement

Istock/macniak

La ferritine est une protéine qui joue un rôle dans le stockage du fer. Lorsque les médecins soupçonnent un dérèglement de la quantité de fer dans l’organisme, ils en demandent son dosage. En moyenne, le taux normal de ferritine est inférieur à 200 µg/L chez les femmes et inférieur à 300 µg/L chez les hommes. Dès lors que ces valeurs sont dépassées, cela signifie que le patient souffre d’hyperferritinémie.

Pendant de nombreuses décennies, le fer était essentiellement surveillé parce qu’il pouvait potentiellement créer de l’anémie. Le dosage de ferritine était donc principalement prescrit aux femmes durant leur grossesse ou en période de préménopause. Cependant, les recherches ont récemment révélé la toxicité associée à la surcharge en fer et sa potentielle dangerosité pour le corps. Voilà pourquoi, de plus en plus de médecins prescrivent aussi des dosages de ferritine lorsqu’une variation plus élevée est soupçonnée. L’objectif ? Déceler une potentielle hyperferritinémie. L’interprétation du taux de ferritine doit absolument tenir compte du sexe. En effet, les normes ne sont pas les mêmes chez un homme et chez une femme. De même, les variations hormonales, et notamment la ménopause, ont un impact sur ce taux. À titre d’exemple, une ferritinémie de 220 µg/L est considérée normale chez un homme, mais anormalement haute chez une femme réglée. Selon un rapport de 2019 de la Société nationale française de gastro-entérologie, l’hyperferritinémie correspond à un taux supérieur à 300 µg/L (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite