Hypermnésie : définition, test, signes à reconnaître

Cette capacité de mémorisation presque illimitée est une pathologie rare. On distingue trois types d’hypermnésies : l’hypermnésie autobiographique, l’hypermnésie émotionnelle, et l’hypermnésie associée au trouble du spectre autistique. Découvrez ce qui se cache derrière cette pathologie de la mémoire, et quels sont les signes à reconnaître la concernant.

L’hypermnésie a été mise en évidence pour la première fois au XIXe siècle, lors de travaux sous hypnose. Étymologiquement, le terme hypermnésie est issu du grec « Μνήμης » qui signifie « mémoire » et de « huper », qui signifie « en trop ». On désigne par le terme hypermnésie la capacité exceptionnelle et non volontaire de mémorisation d’un individu. Autrement dit, l’hypermnésie désigne un excès de mémoire, concernant certaines informations et une zone bien localisée du cerveau. Cette faculté à se souvenir de tout ou presque n’est pas la résultante d’un apprentissage ni d’un entraînement à mémoriser les faits et dates. Elle s’impose à l’individu. On fait la distinction entre trois formes d’hypermnésies. L’hypermnésie autobiographique, aussi appelée hyperthymésie, désigne l’aptitude à se souvenir de chaque détail de son existence, de façon naturelle, depuis un âge donné. Une autre forme d’exaltation de la mémoire est l’hypermnésie émotionnelle paroxystique tardive, précise l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Elle est la résultante d’un stress post-traumatique. Les personnes ont une mémoire surdimensionnée (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles