Hyperoxie : quand l'oxygène devient dangereux pour la santé

Définition : qu'est-ce que l'hyperoxie ?

Notre organisme est généralement capable de supporter une pression partielle d'oxygène respiré (PPO2) comprise entre 0,16 et 05 bar. On parle de conditions "normoxiques". Lorsque la PPO2 est supérieure à 0,5 bar, on parle d'hyperoxie. Autrement dit, nous somme soumis à un surdosage d'oxygène qui peut causer de sérieux ravages, voire entraîner la mort dans certaines circonstances, notamment en plongée sous-marine.

Les crises aiguës d'hyperoxie (effet Paul Bert)

Les crises aiguës d'hyperoxie peuvent survenir dès que la PPO2 dépasse 1 bar. Mais la toxicité neurologique de l'oxygène survient à partir de 1,6 bar. Ces crises, semblables à des crises d'épilepsie, sont aussi connues sous le nom d'effet "Paul Bert".

L'organisme, stressé, réagit en trois temps : une phase tonique (caractérisée par des contractions musculaires), une phase clonique (caractérisée par un ramollissement) et une phase finale dépressive. La crise hyperoxique finit par s'interrompre d'elle-même lorsque la victime cesse d'inhaler trop d'oxygène.

Les crises d'hyperoxie chronique (effet Lorrain Smith)

L'hyperoxie chronique, elle, se déclenche sur le long terme, à force d'être exposé régulièrement à un taux d'oxygène supérieur à 0,5 bar. C'est le cas par exemple des plongeurs, qui s'aventurent...

Lire la suite