Hypomanie : d’où vient ce trouble de l’humeur et que peut-il signifier ?

·2 min de lecture

Définition. En psychiatrie, l'hypomanie se définit comme un trouble de l'humeur qui se caractérise par une humeur expansive, des troubles de la pensée et du comportement, avec un niveau d'énergie anormalement élevé.

" Les patients qui souffrent de troubles bipolaires de type 2 alternent entre l'hypomanie (où ils se sentent pleins d'énergie, avec de nombreux projets et une grande confiance en eux) et la dépression (un état caractérisé par un sentiment de tristesse persistant, une démotivation, une perte d'intérêt et de plaisir pour les activités habituellement appréciées) " explique le Pr. Émilie Olié, psychiatre.

À savoir. En cas de troubles bipolaires de type 1, les patients oscillent entre des épisodes dépressifs et des épisodes maniaques : " si l'hypomanie n'a pas vraiment de conséquences graves sur la vie quotidienne, la manie impacte fortement le fonctionnement, la famille, le domaine professionnel ou encore la santé : les patients en crise maniaque nécessitent souvent une hospitalisation " précise la spécialiste.

Lors d'un épisode hypomaniaque (chez un patient souffrant de troubles bipolaires de type 2), on peut notamment observer :

À savoir. " Les épisodes hypomaniaques sont souvent vécus comme agréables par les patients, ce qui peut retarder le diagnostic de troubles bipolaires. En effet, les patients ont tendance à consulter uniquement pour dépression sans mentionner leurs symptômes hypomaniaques au médecin " précise le Pr. Olié.

À savoir. Environ 0,5 % de la population française souffre de troubles bipolaires de type 2. Contrairement à une idée reçue répandue, les femmes sont autant touchées que les hommes.

À l'inverse de la manie, l'hypomanie n'a généralement pas de conséquences graves sur la vie familiale ou professionnelle. " L'hypomanie est toutefois associée à des comorbidités, et notamment à une consommation plus importante de substances toxiques – alcool, tabac, drogues... " précise la psychiatre. Une personne en état d'hypomanie peut également (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite